Abdoulaye Diop, Gynécologue-obstétricien «Les femmes subissent une injustice sociale liée à l’infertilité»

Quand est-ce qu’on parle d’infertilité dans un couple ?

Ce qu’il faut savoir, c’est qu’on parle d’infertilité lorsqu’un couple reste 10 mois, voire 12, en ayant des rapports sexuels réguliers (3 par semaine) et il n’y a pas de grossesse, sans méthode contraceptive. L’infertilité dans un contexte africain et sénégalais en particulier, est un drame. Parce que pour une femme africaine, ne pas avoir d’enfants, c’est quelque chose de très dommage. Et le problème, c’est qu’habituellement le taux de natalité dans notre pays est très fort, il n’y a pratiquement aucun programme gouvernemental qui s’occupe de femmes ou de couples infertiles.

Et c’est vraiment un gros problème. En fait, quand il y a infertilité, on parle du couple, parce que le problème peut venir de la femme comme de l’homme. Dans 33% le problème peut venir de la femme en moyenne, dans 33% le problème peut venir des hommes et dans 33% le problème peut venir des deux en même temps. On peut avoir une infertilité masculine, une infertilité féminine ou mixte.

Quelles sont les causes d’infertilité chez la femme et chez l’homme ?

La principale cause d’infertilité chez la femme, c’est l’infection génitale. La deuxième cause, ce sont les troubles du cycle, si la personne n’a pas un cycle régulier, parce qu’elle a une kyste de l’ovaire, une dystrophie ovarienne etc. Quelle que soit la cause de l’irrégularité du cycle, cela peut être une source d’infertilité, la troisième cause, ce sont certaines maladies générales telles que le diabète, la drépanocytose, l’hypothyroïdie et toute maladie qui entrainent une fièvre. Ça peut être à l’origine de l’infertilité.

Enfin, il y a les anomalies du système génital (malformations utérines, fibromes..) ce sont des choses qui peuvent empêcher la survenue d’une grossesse. Et parfois, comme on le dit, on ne trouve pas de cause. Chez les hommes, ce sont nos amis urologues qui seraient plus à même de nous dire. Mais grosso modo, ce qu’on peut dire, c’est que la première cause d’infertilité, ce sont aussi les infections. Deuxièmement, ce sont les anomalies du sperme qui peuvent être de plusieurs types. Il y a des anomalies qualitatives et quantitatives. Notamment les Oligo-Asthéno-Tératospermie (qu’il n’y ait pas assez de spermatozoïdes, ou qu’ils soient fatigués ou mal formés).

Quand vous êtes en face de ces cas-là, quels sont les conseils que vous prodiguez aux couples ?

Une consultation d’infertilité, ça se fait à deux normalement. Ce sont les deux qui doivent venir. Habituellement, c’est la femme qui fait le premier pas. Et quand elle vient seule, on lui conseille au prochain rendez-vous, d’être accompagnée par son mari. On fait l’interrogatoire, on l’examine, on fit une petite échographie, on a une petite idée du problème. Comment le régler ? Ensuite, on demande un bilan infectieux, hormonal, on demande également un bilan chez l’homme. Au terme de tout cela, si c’est une cause qu’on peut traiter, on traite. Si c’est une cause infectieuse, si le bilan, le prélèvement vaginal montre qu’il y a une infection chez la femme, on traite. Seulement, il y a une pathologie qu’on rencontre très souvent chez les hommes, c’est la varicocèle, c’est qu’au niveau des vaisseaux sanguins qui vont dans le testicule, il y en ait quelques-uns qui sont dilatés et lorsqu’ils sont dilatés, ils emmènent un circuit de sang dans le testicule. La température du corps est de 37°, la température des testicules est de 36°, parce que les testicules ne supportent pas 37°, c’est pourquoi ils sont à l’extérieur du corps dans des bourses. Si pour une quelconque raison on a une température du corps qui monte à 37°, parce qu’on porte des survêtements serrés ou parce qu’on des veines dilatées, la température des testicules augmente et lorsque la température des testicules augmente, cela donne des anomalies du sperme.

Est-ce que les hommes sont prompts à suivre les traitements comme il se doit ?

Les hommes sont orgueilleux. Ils ne peuvent pas accepter qu’ils sont peut-être en cause dans l’infertilité de leur couple, quand on leur demande de faire une analyse des spermes la plupart refusent. Pour analyser le sperme, il faut se masturber, certains refusent pour ça. Les femmes en général ne posent aucun problème, elles viennent spontanément, elles se prêtent au jeu, elles font leur bilan, elles font leur échographie et tout, mais ce sont les hommes le problème, car ils sont têtus, orgueilleux. Penser que la femme est responsable des problèmes d’infertilité, c’est une injustice sociale. Et il faut le dire, les hommes sont impliqués dans 66% des cas d’infertilité.

M.T.GAYE

L’Obs

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *