En Indonésie, pour être policière, les femmes doivent se soumettre à un « test de virginité » inhumain

Getty Images

Courage, sang-froid, solidarité et forte capacité d’entraide, voilà les premières qualités que l’imaginaire collectif associe aux gardiens de la paix… en Occident du moins. En effet, dans certains pays, les représentants de l’ordre sont loin d’être recrutés selon ces critères. En Indonésie, si les femmes peuvent devenir policières, ces dernières doivent auparavant se soumettre à des tests insupportables.

Pureté, beauté et virginité sont les maitres mots des femmes qui souhaitent accéder aux postes de représentantes de la loi en Indonésie. En effet, selon ABC News reports, ces dernières sont en premier lieu sélectionnées pour leur apparence physique. Un comité, exclusivement composé d’hommes, a ainsi pour vocation d’établir quelle candidate est apte ou non à devenir policière, et ce, en fonction de ses mensurations.
Sur Instagram, des milliers de clichés sont d’ailleurs postés sous le hashtag #polwancantik, « #joliepolicière » en français, preuve s’il en fallait que ces dernières ne jouissent dans leur pays que d’un statut de représentation, de femme objet, bien éloigné de celui de véritables gardiens de l’ordre, réservé aux hommes.

« douloureux, dégradant et traumatisant »

Pire encore, les jeunes femmes sont soumises à un test de virginité. Alors même que l’OMS dénonce avec véhémence cette pratique, les futures recrues sont examinées avant toute signature de contrat. Après avoir inséré deux doigts dans leur vagin, un médecin constate si oui, ou non, l’hymen est encore intact et donc, si celles-ci sont encore vierges. Human Rights Watch, qui s’est penché sur la question de ce recrutement « cruel et discriminatoire » a ainsi constaté que les forces de sécurité indonésiennes perduraient cette pratique en avançant des raisons de « santé mentale et de moralité« . Auprès du média britannique The Guardian, Fuad Basya, porte-parole de l’armée indonésienne, se justifiait d’ailleurs en ces termes, « Si elles ne sont plus vierges, si elles ne sont pas sages, cela signifie que leur mentalité n’est pas bonne« . Interrogées par l’ONG, toutes les femmes qui ont été confrontées à cet examen l’ont qualifié de « douloureux, dégradant et traumatisant« .

Malheureusement, l’Indonésie ne serait pas le seul pays adepte de cet acte cruel et inhumain puisque, toujours selon HRW, le test de virginité serait également couramment pratiqué en Égypte, en Inde et en Afghanistan, et ce, également dans certains établissements scolaires qui n’accepteraient d’offrir une éducation qu’aux adolescentes ayant préalablement prouvé leur virginité.

Source : Au Féminin

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *