La cyprine, la sécrétion qui exprime le désir féminin

Qui dit désir féminin dit tabou. Alors que la semence masculine est érigée en symbole de fertilité et de puissance virile, l’existence de la cyprine est tout simplement tue. Jigguen vous fait le point sur cette substance féminine mal connue et cachée.

La cyprine est avant tout une sécrétion vaginale

C’est avant tout le symptôme physique du désir sexuel chez les femmes. Le terme désigne les sécrétions vaginales qu’une femme émet lors d’une excitation sexuelle. Ces sécrétions sont produites à l’intérieur du vagin par les glandes périurétrales de Skene et les glandes de Bartholin. Le mélange de ces deux liquides produit un mucus relativement liquide, transparent ou légèrement blanc (il ne faut pas confondre la cyprine et les pertes vaginales qui peuvent être le signe d’une infection) qui assure une hydratation permanente au vagin.

Une substance multiforme…

La quantité de liquide sécrétée varie selon le degré d’excitation, les moments du cycle menstruel, la grossesse, la ménopause et la santé de la femme. La texture, l’odeur et la couleur peuvent également être modifiées selon votre alimentation, votre consommation d’alcool ou de drogues, votre âge et vos gènes. Il faut noter aussi que certains traitements médicamenteux ou pathologies, comme le diabète et les IST, peuvent la rendre moins abondante.

La cyprine a quatre fonctions :

L’auto-nettoyage du vagin (évitant ainsi les irritations et autres désagréments), l’immunisation contre les agents externes, la lubrification et la facilitation de la reproduction.

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *