L’autoroute de Mister SENAC – celles dont les tarifs sont les plus chers au monde ! – peut continuer à tuer. Impunément ! D’ailleurs, personne ne lui en voudra, à Mister SENAC, et ne viendra lui dire d’arrêter l’hécatombe. C’est un mécène des Arts et rien que pour ça, la République lui est redevable du peu de thunes – des misères – qu’il balance à nos artistes toujours heureux comme de pauvres nègres quand des multinationales leur balancent de misérables fonds. SENAC, c’est un sénégalais de cœur – du moins, le prétend-il – mais qui se fout des nègres. Son autoroute pour laquelle, il faut se saigner (c’est le cas de le dire) pour y circuler continue impunément de tuer sans que les autorités s’en émeuvent le moins du monde. Mais où est donc le Proc qui avait eu le «courage» d’inculper six personnes dont quatre directeurs lors du crash de Sénégal Air ? Sans compter que l’homme d’affaire Youssef Saleh avait été jeté en prison pour un banal accident de manège dans lequel un gamin avait malheureusement trouvé la mort…. Mais cela, c’était avant que Serigne Bassirou Guèye ne soit nommé Proc. Il ne faut surtout pas déranger SENAC dans sa sieste, ce serait faire affront aux intérêts français. Dans son pays où la loi s’applique pour tous, il serait déjà en prison comme le pauvre comédien qui a fauché mortellement un enfant dans la banlieue dakaroise. Pensez-vous, une autoroute au tarif pour le moins scandaleux et qui amasse des dizaines de millions par jour mais qui est sans éclairage ! Ce au moment où le Premier ministre promet d’offrir des centaines de lampes solaires à Thiès.. pour reconquérir cette ville obstinément rebelle à l’APR. Pour en revenir à l’axe AIBD-Dakar, donc, non seulement l’autoroute n’est pas éclairée ou l’est mal, mais encore, suprême affront pour les nègres, des bœufs en divagation s’y invitent la nuit. Elle est bien vache la vie chez les nègres que nous sommes. Mais puisqu’on nous dit que ce pays est émergent…

Le Témoin

5 Lectures
Partagez