Rouge à lèvres : qu’y trouve-t-on vraiment ?

Le rouge à lèvres, cet allié de séduction qui se cache dans nos sacs à mains et trousses de toilette, n’est peut-être pas aussi innocent que l’on voudrait le croire. Avec plus 900 millions de tubes multicolores vendus dans le monde, jigguen.com vous dit aujourd’hui ce qui se cache derrière ses jolies couleurs et de quoi ce petit tube coloré que nous aimons tant est composé.

Composition du rouge à lèvres de tous les jours

Si vous avez pour habitude d’utiliser des rouges à lèvres des supermarchés, des parfumeries ou même des pharmacies «normaux», à savoir non bio, voici ce que vous appliquez sur vos lèvres :

  • des cires pour que le stick reste solide, mais puisse également s’appliquer sur les lèvres. La cire d’abeille (animale), de jojoba (végétale) ou le silicone (synthétique) sont traditionnellement utilisés ;
  • des huiles qui permettent de faire briller le produit et de diffuser les pigments. Il peut s’agir d’huile de ricin dans le meilleur des cas ou d’huile de paraffine, beaucoup plus nocive ;
  • des conservateurs pour tenir les microbes à distance. Le plus souvent, il s’agit de parabènes, réputés nocifs pour le métabolisme ;
  • des graisses pour rendre le produit onctueux. On pense notamment à l’alcool gras ou aux triglycérides. Fuyez ceux qui contiennent de l’huile de foie de requin, répertoriée sous le nom de squalène !
  • des vitamines C et E ;
  • un filtre solaire synthétique (oxyde de zinc par exemple) ;
  • des colorants (oxyde de fer, phosphate de manganèse…).

Composition du rouge à lèvres bio

Si la tenue du rouge à lèvres bio est moins importante et les couleurs disponibles moins nombreuses, c’est pour notre santé qu’il est intéressant. Sa composition n’intègre en effet aucune matière nocive pour notre organisme. Il contient généralement :

  • une cire végétale, comme celle d’abeille, pour que le rouge à lèvres reste solide et s’applique facilement ;
  • une huile végétale, comme le jojoba, pour hydrater les lèvres ;
  • un produit nourrissant naturel, comme le karité ;
  • des huiles essentielles pour l’odeur ;
  • des pigments minéraux pour la couleur ;

Un vrai rouge à lèvres bio ne contient ni conservateurs, ni colorants, ni parabènes et encore moins de substances d’origine animale.

Rouge à lèvres, attention aux conservateurs et substances minérales

Afin d’éviter les infections et autres bactéries, certains rouges à lèvres contiennent également des conservateurs ! Ces conservateurs sont soupçonnés d’être des parabènes, ces conservateurs issus de la pétrochimie, particulièrement nocifs pour la santé.

Avant d’acheter un nouveau rouge à lèvres, lisez la totalité de la composition. Si vous trouvez des traces de phénoxyéthanol ou de parabène, méfiez-vous. Ces puissants conservateurs provoquent souvent des allergies. Ces antibactériens synthétiques sont en effet mal tolérés par la peau. Les produits contenant des conservateurs naturels présentent moins de risques allergiques.

D’autres substances minérales dangereuses pour la santé peuvent également être présentes dans votre rouge à lèvre : la cire microcristalline, ou ozokérite, un composé provenant d’hydrocarbures saturés. Si l’étiquette de votre rouge mentionne ce type de composés, ne l’utilisez pas !

Des rouges à lèvres à base de plomb

Vous êtes sujettes aux migraines, aux maux de ventre ou à une grande fatigue ? Votre médecin ne trouve aucune cause à ces symptômes ? Méfiez-vous ! Votre rouge à lèvres pourrait être le fautif. Il est depuis longtemps prouvé que certains tubes contiennent du plomb, métal lourd hautement nocif pour l’organisme. Pour voir si votre stick habituel contient du plomb, il vous suffit d’en appliquer un peu sur votre main, de gratter la matière avec une bague en or et d’observer : si le rouge à lèvres devient noir, le plomb entre dans sa composition !

Il faut donc rester vigilante quant aux produits présents dans votre rouge à lèvres. On ne le dira jamais assez, mais surtout, lisez l’étiquette les jigguen !

 

Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *