Ma Awa Djmangue Diédhiou a procédé, samedi, au Centre Bopp, à la présentation de son tout nouveau logiciel Aspa (Autonomisation du suivi des patients). Destinée aux structures médicales, cette application va numériser les dossiers médicaux, faire gagner du temps aux médecins et secrétaires et soulager les patients.

De nature maladive, Ma Awa Djmangue Diédhiou se rendait très souvent à l’hôpital. Mais elle en revenait toujours le cœur brisé. L’accueil des secrétaires laissait vraiment à désirer. Parfois l’envie de rentrer chez elle sans voir le médecin la tenaillait même. Pour mettre fin aux tracasseries subies par les patients au niveau des structures sanitaires, la jeune diola, diplômée en génie informatique et spécialisée en génie logiciel, a créé Aspa. «Ce logiciel, qui permettra à la secrétaire quand un patient arrive au lieu de chercher son dossier médical par ordre alphabétique, de le retrouver en un clic. Il lui suffira juste d’entrer son nom de famille et le tour est joué en un clic. Alors qu’en format papier elle était obligée de fouiller ce qui l’énervait et la rendait anxieuse», indique Mme Diédhiou. Avec Aspa, le médecin a aussi sa propre interface qui lui permet de saisir les données de son patient, de consulter ses rendez-vous… «Quand le patient arrive le jour de son rendez-vous, il y a un menu rendez-vous spécialement conçu et qui sera l’agenda du médecin. Il ne sera plus là à chercher midi à 14h, quels sont les rendez-vous, l’application le dirige directement vers cela», informe la conceptrice du logiciel Aspa, qui compte vraiment faire gagner du temps aux médecins et secrétaires et soulager les patients.

Déployé depuis un an dans le Cabinet médical privé Soteria situé aux Almadies, le logiciel s’est révélé très efficace pour le personnel médical. «Je voulais qu’il soit d’abord testé dans un cabinet et qu’on rectifie toutes les failles avant de le vulgariser. Maintenant, je suis rassuré, le cabinet Soteria l’utilise ; l’application fonctionne à merveille et sans bug. Dr Corine et ses secrétaires me disaient que c’est de la magie !», rapporte-t-elle contente que tout marche.

Disponible pour le moment en version desktop et utilisable seulement par le médecin et la secrétaire dans les mois à venir, Aspa sera encore plus performant avec une version web et une version mobile utilisables aussi par les médecins, secrétaires et patients, confie sa conceptrice, Ma Awa Djmangue Diédhiou, qui espère bientôt vulgariser la première version de son logiciel au niveau des structures médicales qu’elle sensibilise sur la nécessité d’une numérisation des dossiers médicaux. «Dans ce pays, il est pratiquement impossible d’aider le secteur public. Quand j’ai créé ce logiciel en 2012, je me suis d’abord tournée vers les structures sanitaires publiques, pour leur présenter ma solution et la leur offrir gracieusement. Mais ils étaient très réticents pensant peut-être que j’étais venue profiter d’eux. Mon souhait est que les hôpitaux aient plus confiance à la numérisation. Qu’ils soient beaucoup plus ouverts aux nouvelles technologies pour se développer et qu’ils se débarrassent des formats en papier», dit-elle précisant que désormais son logiciel est à vendre et a plus à offrir.

Source : Le Quotidien

 

3 Lectures
Partagez